Le web de 2025 sera-a t’il un web réservé aux robots ?

Dans le livre « Web 2.0, 15 ans après« , c’est une question qui revient via quelques experts dont je fais partie (voir les chapitres détaillés sur ce lien).

Pour moi, il y a 15 ans, le web était l’affaire de personnes : quelques pionniers, dont les auteurs du livre « Web 2.0. 15 ans déjà et après », ont commencé à produire du contenu, à diffuser de l’information…

 

Il y a 5 ans, le web est devenu une affaire d’organisation, une personne seule pouvant de plus en plus difficilement rivaliser avec des entreprises qui peuvent payer des producteurs de contenus à temps plein (sauf à choisir une niche très précise et à apporter un maximum de valeur / expertise). La plupart des influenceurs majeurs ont désormais une petite équipe qui travaille pour eux « dans l’ombre » pour gérer souvent les tâches simples (ex: animer les communautés, faire des visuels…).

 

Dans 5 ans, est ce que le web deviendra le terrain de chasse des robots ?

Cela peut faire sourire, et pourtant la robotisation d’une partie du Web pourrait arriver plus tôt que l’on peut le croire…

En effet, tout comme cela arrive aux caissières qui voient actuellement leur travail remplacé par des caisses automatiques, les logiciels et robots commencent à devenir des nouveaux collègues de bureau.

Il suffit d’observer le nombre exponentiel de logiciels qui sont disponibles pour anticiper les tendances à la robotisation.

C’est d’ailleurs une évolution logique, que l’on a déjà vu dans les usines avec des robots qui  les tâches simple plus rapidement qu’une personne.

Sur le web, voici déjà quelques tendances :

  • Les Chatbots qui sont désormais capables de répondre aux questions les plus simples, avec de plus en plus d’efficacité (cf mon livre « Dopez votre business avec les chatbot« ).Certes, actuellement, ils ne peuvent traiter que les 5 à 20% des demandes simples et récurrentes et avec un coût important (un bot « Service Client » coûtant 15 à 30 K€), mais les progrès des technologies sont quotidiens.

 

  • Des outils qui permettent de créer quasi automatiquement des contenus multimedia. Par exemple, j’utilise Lumen5.com pour créer en moins de 5 minutes une vidéo promotionnelle pour les réseaux sociaux. Il suffit de fournir au logiciel l’URL de votre article de blog (ou un texte Word), et Lumen5 se charge de trouver quelques phrases clés, en ajoutant les animations et les images, ainsi qu’une musique. Le résultat n’est certes pas à la hauteur d’une création vidéo faite par un professionnel, mais cela « fait le job » largement si l’on veut créer du contenu multicanal. Voici un exemple qui m’a pris moins de 2 minutes.
  • Les outils de marketing automation qui analysent votre comportement en ligne, afin de vous envoyer des contenus personnalisés. Par exemple Hubspot, Plezi, Active Campaign… analysent vos actions sur le web pour vous envoyer des articles de blogs, des témoignages de clients… spécialement conçus selon les centres d’intérêts détectés.

 

  • Les logiciels de Growth Hacking sont de plus en plus utilisés pour automatiser des actions. Par exemple les emails de prise de contact automatique, d’envoi de messages de bienvenue, de suivi de #… Afin de gérer un premier échange, et ensuite laisser la place à l’humain (pour le second message et pour la créativité du contenu).

 

 

Alors, va-t-on assister un à « judgment day » à la Terminator, avec les machines qui vont prendre le pouvoir sur l’homme ?

La réponse est bien sûr que non, mais voici mon avis sur ce qui va arriver dans les 5 ans à venir :

  • Les actions à faible valeur ajoutée, les tâches simples et répétitives… vont être de plus en plus déléguées à des robots, avec une pression sur les KPI et le ROI. Il y a une telle course à la productivité (qui va encore plus s’exacerber avec la hausse du coût des ressources naturelles), que l’on va arriver à un « Marketeur augmenté », qui va utiliser des outils pour gagner en efficacité. La clé sera donc de se former continuellement, d’apprendre à embrasser les changements… pour ne pas être dépassé et  » illectroniste ».

 

  • La place de l’humain pour mettre de l’émotion, du relationnel… va prendre encore plus d’importance. En effet, devant un contenu standardisé, normé, cadré… ce qui sortira de l’ordinaire aura encore plus de valeur. Il faut donc dès à présent apprendre à montrer sa personnalité, à être clivant, à ne plus faire un discours « corporate » et aseptisé… mais bien montrer nos émotions et raconter de belles histoires. Vous devez donc préparer votre ligne éditoriale, et faire passer plus d’émotions.

 

  • Face aux mastodontes équipés avec des robots, logiciels… avec le web de 2025 il y aura encore des petites mains qui feront ce travail manuellement, que cela soit pour du low cost ou justement pour être créateur de contenus originaux ou « low cost ». Il y aura 2 positionnement, soit le « Premium » avec une offre de qualité et sans couture, soit le low cost de qualité moindre mais qui suffira pour répondre aux besoins les plus modestes.

Et vous, qu’en pensez vous ? Comment voyez vous votre métier dans 5 ans avec le Web de 2025 ?

 

 

Catégories : Tribunes

Fréderic Canevet

Auteur du livre "Le Growth Hacking" et "Dopez votre business avec les chatbots"

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *